La transat - 2

Le 21 janvier, 13h52 à PARIS.

4ème journée de transat. On a un peu zappé l’envoi du mail quotidien. Même si on a rien à faire sur le bateau, on se laisse vite déborder. JF m’a rappelé à l’ordre hier soir par SMS. Je vais donc être vigilant et envoyer au moins notre position GPS chaque jour. 

HUMANES avance bien et a parcouru à l’heure où je rédige ce mail 600 milles, soit presque un tiers du parcours qui fait 2.000 milles. Le tiers sera atteint ce soir. Nous avons prévu d’ouvrir une bouteille de champagne à mi-parcours.

Hier, nous avons pêché 2 grosses daurades coryphènes, poissons des pêches transatlantiques par excellence. Nous n’avons pas mis les lignes aujourd’hui car le réfrigérateur est plein. Nath souffre beaucoup des conditions de navigation qui, même si elles sont favorables, sollicitent pas mal le corps. La mer bouge pas mal et hier nous avons eu des creux de 4 mètres avec par moment du vent force 6.

Cela fait 3 jours et 3 nuits que nous n’avons pas vu un bateau, ni visuellement, ni au radar, ni à l’AIS. Notre dernière rencontre est un pétrolier de 274 mètres qui se rendait dans le Delaware et est passé à 2 milles d’HUMANES en pleine nuit. Heureusement que l’AIS l’avait repéré 50 milles avant. J’ai pu attendre sereinement et surveiller notre croisement. Etonnant de voir comment en pleine immensité océanique, deux bateaux peuvent se croiser à moins de 3 kilomètres.

Plus on avance vers les Caraïbes et plus le ciel est bleu et la chaleur augmente. J’ai pris mon premier bain de soleil hier. Que c’est agréable !

On pense à vous et au temps humide et froid que vous avez en métropole. Et on attend avec impatience ceux qui ont prévu de venir nous voir sous le soleil de des Caraïbes ou aux USA !

Bises de l’équipage d’HUMANES.

« Steph Cap'taine d'Humanes ! »


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Les commentaires sont clôturés